Le Mouvement des Artistes Caribéens, traduction littérale du Caribbean Artists Movement, est né en 1966 lors de la rencontre à Londres entre John La Rose, Edward Kamau Brathwaite et de Andrew Salkey. Ces hommes sont tous les trois originaires des Caraïbes, et plus précisément de la Barbade, de Trinité & Tobago et de Jamaïque. Ayant leurs intérêts politiques et littéraires comme points communs, La Rose, Brathwaire et Salkey ont pourtant fondé le Caribbean Artists Movement selon peu de principes et peu d’objectifs.

Au départ, ils avaient pour ambition de contribuer à la valorisation de l’art antillais par la société britannique. Ils voulaient favoriser le rayonnement international de leurs oeuvres tout en excluant une éventuelle influence européenne. Pour ce faire, il était nécéssaire de faire vivre l’art caribéen à travers la communauté antillaise de Londres. Le journal Savacou, fondé par E. Brathwaite et les livres publiés par La Rose via la maison d’édition New Bacon Books ont été les supports qui ont permis au mouvement de s’étendre.

Le Mouvement des Artistes Caribéens a connu de grands changements lorsque ses fondateurs ont tenté de l’introduire dans l’archipel des Caraïbes. En effet, les trois portes d’entrées pour le mouvement furent la Jamaïque, Trinité et la Guyane. Le Caribbean Artists Movement a rencontré de nombreux problèmes à Trinité & Tobago, notamment à cause du contexte politique et social très ambigü qui y règnait durant les années 1970.

Parmi le Caribbean Artists Movement, nous retrouvons également un grand nombre d’artistes et d’intellectuels caribéens, notamment C.L.R James, Stuart Hall, Wilson Harris, Kenneth Ramchand, Ronald Moody, Aubrey Williams, Gordon Rohlehr, Louis James, Ivan Van Sertima, James Berry, Errol Lloyd et Anne Walmsley. Linton Kwesi Johnson fut grandement inspiré par le mouvement au cours des années 1970, il en a par ailleurs établi une analyse approfondie dans The Caribbean Artists Movement, 1966-1972: A Literary and Cultural History (1992), publié grâçe à la maison d’édition de La Rose : New Beacon Books.