Pour la clôture de son exposition  PRÉMICES/ OPEN-ENDED  au MAI qui s’est terminé  le 5 Mai. Manuel Mathieu jeune artiste haïtien, résidant actuellement au Canada nous présente durant cette interview son art très tourmenté, suscitant des émotions très fortes.

Parlez-nous de votre parcours artistique.
Je suis né à Port-au-Prince. J’ai reçu un Baccalauréat en arts visuels et arts médiatiques à l’UQAM en 2010. Ma pratique touche à la peinture,  la photographie, la vidéo et l’installation. J’ai présenté une exposition solo à la Galerie Monnin de Port-au-Prince en 2010 et à la galerie La maudite Boîte  à Montréal (Happy People) en 2011. Mon travail  a été présenté à l’exposition encan HAÏTI ACTION à la Maison des artistes à Paris, au Parlement Européen de Strasbourg (France) et dans quelques foires internationales. En 2012, j’ai     bénéficié d’une résidence d’artistes au Studio Béluga et le MAI (Montréal, arts interculturels) m‘a offert un solo accompagné d’un catalogue qui sera disponible cet été. Je vis et travaille à Montréal

Comment définissez-vous votre travail ? Quels sont vos thèmes de prédilection ?
La peinture est une manière pour moi de partager mon expérience du monde . Pourquoi mes tableaux font souvent référence au monstrueux, à une douleur, une déchirure? Je ne suis pas encore certain de savoir pourquoi.  Je peins mes démons qui m’ont déjà poussé à me détruire. Je ne le fais pas de manière autobiographique comme Kahlo mais il est certain que même si ces démons me paraissent étrangers, ils m’appartiennent. C’est le miroir de tous ces moments de tourments qui m’habitent. D’avoir grandi dans un pays où la réalité m’a poussé à banaliser mes réactions, j’ai pris une distance par rapport à mon travail. J’ai nié ce qu’il reflétait en moi : une insécurité, un abandon à la mort et une fragilité.
Je suis plus porté dans ma relation au monde à être sensible  à la condition humaine. C’est une condition qui est remplie de     tourment, d’incompréhension, de questionnement de hasard et d’abandon. Je ne sais pas d’ou vient ce sentiment de malaise, présent depuis tout jeune, que je ressens ou que je vois autour de moi.
Je suis interpellé et influencé par les œuvres/artistes qui font référence à leur propre existence. Inutile de faire de référence. Leurs travaux renferment tous un niveau de complexité et de mystère. Je pense qu’ils sont tous à la recherche de     quelque chose d’indéfinissable qui surpasse les mots.
Ma quête de ce je-ne-sais-quoi est accompagnée de cette volonté de créer un monde singulier/Espace. Ce monde se définit d’une part par ma sensibilité et d’autre part par  ma volonté d’organiser ce malaise. L’espace est le volet cognitif     de mon travail il crée une balance/tension avec un élément plus     organique/anthropomorphique. Intérieur versus extérieur. On est face à un être     existant inconnu par lui même dans un espace organisé qui lui est aussi tout à fait inconnu et qui ne reflète d’aucune façon ce qu’il est/qui il est.

Manuel Mathieu, Untitled © Manuel Mathieu

Manuel Mathieu, Untitled © Manuel Mathieu

Vous êtes un jeune artiste originaire de Haïti et vivez actuellement au Canada. Vous revendiquez-vous comme un artiste caribéen ?
Je trouve déjà une aventure périlleuse pour un jeune créateur de définir ce qu’être un artiste. Rajouter le facteur géographique ne m’aide pas à aller plus loin dans ma réalisation personnelle. Je ne dis pas qu’il ne faut pas se questionner sur d’où l’on    vient mais une fois qu’on en prend conscience il faut aller de l’avant et se demander en dehors de cette position géographique; qu’est ce que je veux dire, quelle est mon histoire ? Je vais donc essayer de définir  brièvement selon moi le mot artiste et je vous laisserai faire le pont avec la position géographique que vous voudrez.
Je vis ma réalité d’artiste comme un engagement, celui d’être intègre et d’aller jusqu’au bout de moi même en me confrontant à mes limites artistiques et intellectuelles. Cette quête solitaire n’est pas seulement associée à ma propre découverte mais aussi au fait d’arriver à articuler un langage personnel qui, par mes œuvres (résidus de ma pensée), incite au dialogue/échange. Ce dialogue     peut être autant physique qu’intellectuel.
Entant qu’artiste j’invite les gens à découvrir un monde réinterprété, arrêté,     manipulé par les filtres de ma sensibilité.

Manuel Mathieu, Untitled © Manuel Mathieu

Manuel Mathieu, Untitled © Manuel Mathieu

Quelle est votre actualité ? Vos projets ?
Il y a présentement mon exposition  PRÉMICES/ OPEN-ENDED  au MAI qui finira le 5 Mai prochain. Je travail sur mon premier catalogue Monographique qui présente mon travail en peinture depuis les 5 dernières années. Il devrait être prêt pour le mois de Juin. Il sera éventuellement accompagnés d’un lancement.  Mon travail sera présenté en duo  dans une expo au Musée du Montparnasse à Paris en Décembre 2012. Sinon quelques expositions de groupes restent à être confirmées pour l’année 2012.

Pour en savoir plus sur l’artiste : www.manuelmathieu.com

Crédits photographie à la une : Manuel Mathieu, Untitled  © Manuel Mathieu