Exposition collective, jusqu’au 16 septembre 2012. 

Le réseau international des musées ethnographiques et de la culture mondiale (Ethnography Museums and World Cultures of RIME) a lancé l’exposition Fetish Modernity dans six musées européens, entre 2011 et 2014. Après une présentation à Bruxelles et à Madrid, voici que l’exposition s’invite à Prague.

Cette « modernité fétiche » que nous plaçons au cœur de toute action est justement au cœur de cette réflexion curatoriale. Anne-Marie Bouttiaux et Anna Seiderer, commissaires de l’exposition, remettent en question la notion de modernité occidentale et  « interrogent le sentiment de supériorité que l’Occident nourrit à l’égard du reste du monde ». Pour dénoncer les clichés et les détruire, l’exposition propose des « objets hybrides » – issus de mélanges de cultures, et de la richesse des syncrétismes. Pour lutter contre les idées établies consacrant la suprématie occidentale dans le champ de la modernité, Fetish Modernity fait appel à des artistes d’horizons variés pour prouver qu’il n’en est rien. Selon les commissaires, la modernité « est un processus dynamique à l’œuvre partout et depuis toujours » – ce concept loin d’être uniforme est bien subjectif et multiple.

Ainsi l’on peut voir la photographie d’un papou de Papouasie Nouvelle Guinée avec un cd comme ornement de nez ; un cercueil ghanéen peint à l’image d’un téléphone portable…

Jean-François Boclé, Si ton musée est mort, essaie le mien © RIME

Jean-François Boclé, Si ton musée est mort, essaie le mien © RIME

Jean-François Boclé (Martinique) y expose son Si ton musée est mort, essaie le mien. Une collection d’objets et d’artefacts rappelant l’époque coloniale (BDs, chocolat, jeux…) et liés à l’imaginaire colonial ; ou encore une collection d’objets sur le président Obama sont placés dans une vieille vitrine de musée. Il y « parodie les musées ethnographiques » et leurs représentations de l’Afrique.

 

L’exposition voyagera ensuite au Museum für Völkerkunde de Vienne, Autriche ; au Rijksmuseum voor volkenkunde National de Leiden, Hollande ; et au National Museums of World Culture de Stockholm, Suède.

 

Artistes participants : Sammy Baloji, Marie Baronnet, Jean-François Boclé (Martinique), Pierre Buch, Marina Cox, Eric Lafforgue, Pitcho et Lisl Ponger.

 

National Museum, Náprstek Museum of Asian, African and American Cultures, Betlémské náměstí 1, Prague, République Tchèque.

Exposition à voir du mardi au dimanche, de 10 à 18h, sauf le mercredi à partir de 9h, du 19 juin au 16 septembre 2012.

http://www.nm.cz/Naprstkovo-muzeum/Exhibitions-NpM/Fetish-Modernity.html?xSET=lang&xLANG=2

 

Crédits photographie à la une : Affiche de l’exposition © RIME