Salon d’art, 6 septembre – 3 Novembre 2013

S’étant tenue pour la première fois en 1940, la plateforme pour l’art contemporain la plus ancienne et la plus connue de Colombie, le National Salon of Artists, présente sa 43e édition (SNA43) dans la ville de Medellín, en Colombie.

Saber Desconocer (Savoir ne pas Savoir) présente environ 100 installations, sculptures, vidéos, œuvres sonores, photographies et peintures de nombreux artistes à travers l’Amérique Latine et le monde. Toutes les œuvres présentées seront explorées à travers le prisme de deux thèmes : saber, l’importance de la tradition, du territoire et de la connaissance développée dans un seul endroit ; et desconocer, le besoin de s’échapper d’un endroit et la quête de l’inconnu.

« Nous voyons cette biennale comme une opportunité de retracer la ligne entre le « local » et l’ « international » d’une façon qui est souvent ignorée dans les grandes expositions contemporaines artistiques actuelles », dit le directeur artistique Mariángela Méndez.

Initiative du Ministère de la Culture colombien, Saber Desconocer occupera trois lieux au cœur de la deuxième ville la plus large et la plus innovatrice de Colombie, Medellín: le Museo de Arte Moderno de Medellín ; le Museo de Antioquia, dans le centre-ville de Medellín; et de l’autre côté de la rue du Museo de Antioquia, dans le bâtiment voisin de l’Antioquia (les anciens bureaux administratifs de la flotte marchande colombienne), qui a été rénové afin d’accueillir des œuvres spécifiques au site.

Jean-François Boclé, Tout doit disparaître © Arte por Excelencias

Jean-François Boclé, Tout doit disparaître © Arte por Excelencias

La section exposition dans Saber Desconocer explorant l’idée du « connu » comme manifesté dans la tradition, l’art indigène, l’identité, et l’artisanat occuperont une aile du Museo de Arte Moderno. Dans beaucoup d’œuvres là-bas, les artefacts traditionnels seront mis en conversation avec des formes d’art contemporaines, comme dans l’installation commissionnée de José Antonio Suárez Londoño qui juxtapose une série de nouveaux dessins de l’artiste avec des céramiques de los Alzate (de la fausse poterie précolombienne produite par une famille d’entrepreneurs à la fin du 19e siècle et au début du 20e) et dans la série de textiles au motif jacquard généré par des ordinateurs de l’artiste néerlandais Vincent Vulsma, qui sera placée à côté d’un tissage montrant les méthodes et le talent du peuple Kaxinawá du Brésil et du Pérou. /p>

De l’autre côté du musée, le concept d’«inconnu » sera exploré dans un ‘dessin’ troublant performatif de Jorge Macchi (Argentine), dans lequel un ventilateur de plafond tournant et rebondissant renverse des marques et de la poussière sur la toile blanche du mur ; dans le meuble en papier fantomatique de taille réelle de l’artiste colombien Mateo López ; et dans l’installation dans une pièce de dessins contenus, abstraits et minimalistes de l’artiste colombien Bernardo Ortiz

D’autres œuvres d’artistes dont la pratique est animée de manière similaire par le doute, l’ambigüité, et le désir de suspension sont montrées dans le Museo of Antioquia. Jean François Boclé, un artiste né en Martinique et vivant à Paris et à Bruxelles, recréera Everything Must Go! (2004), une installation partiellement mais précisément remplie avec des milliers de sacs en plastique bleu gonflés ; Benvenuto Chavajaya, un artiste guatémaltèque, exposera une installation au sol comprenant des pierres de rivière faiblement attachées par des tongs en caoutchouc intégrées, et Fabienne Lasserre, une artiste canadienne basée à New York, présentera une série de sculptures discrètes géométriques en fil qui sont faites pour s’appuyer légèrement sur les murs et le sol.

Des projets individuels spécialement commissionnés seront installés de l’autre côté de la rue du Museo de Antioquia dans les quatre étages de l’Edificio Antioquia, le quartier général maintenant abandonné de la compagnie maritime la plus large de Colombie. Au niveau de la rue, les visiteurs rencontreront une heladería éphémère, ou un glacier, fait en briques, éclats et blocs modelés de ciment dans le style vernaculaire de Medellín par Alejandro Mancera. Plus haut, ils trouveront un jardin de fortune de meubles, de plantes tropicales et de fontaines par l’artiste porto-ricain Radamés Juni Figueroa. L’Edificio servira aussi de site pour des débats informels avec les artistes, des lectures, des concerts, des performances et des projections.

Plus d’artistes caribéens: Ivan Capote (Cuba) ; Glenda Leon (Cuba).

National Salon of Artists: Saber Desconocer (To Know Not to Know), Medellín, Colombie.

6 Septembre – 3 Novembre 2013.

www.43sna.com

Crédits photographie à la une : Logo © 43 SNA