Uprising Art est partenaire média de la première édition de la BIAC, Biennale Internationale d’Art Contemporain de Martinique, qui se tient du 22 novembre 2013 au 15 janvier 2014 et dont le thème est « De la Résonance du Cri Littéraire dans les Arts Visuels ». A ce titre, Uprising effectue un reportage à la Martinique du 19 au 26 novembre et conduit une série d’interviews de l’équipe organisatrice, des commissaires invités, des artistes en résidence et des artistes exposant dans les Pavillons International et de la Martinique.

Suivez-nous pour en savoir plus sur les coulisses et le déroulement des événements.

BIAClogo

En exclusivité une interview de
Inès Tolentino, artiste dominicaine,
En résidence et Parcours In-Situ

Il s’agit de la 1e édition de la BIAC en Martinique. Quelle est l’importance d’un tel événement ?

La possibilité de réunir pendant deux mois dans ce lieu, un magnifique ensemble d’œuvres d’artistes contemporains venant des quatre coins du monde ; des œuvres engagées dans l’expression de l’individuel et du collectif, de l’intime et du spectaculaire. L’art actuel à notre porte.

Vous avez été choisie comme artiste en résidence et avez organisé un workshop mi-octobre. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette expérience ?

Mon workshop vient de prendre fin. Il a été réalisé avec l’association PABE MARTINIQUE dont la présidente est Michèle Arretche. Notre travail consistait à travailler ensemble à la réalisation des mes deux installations in-situ qui se trouvent respectivement à Saint Pierre et aux Trois-Ilêts. J’apportai mes projets personnels et mon vécu d’artiste et les membres du PABE participants amenaient leur logistique matérielle, leur connaissance des lieux, leur savoir faire et leur propre expérience artistique. Nous avons littéralement mis le cœur à l’ouvrage. Les deux installations ont été faites dans le délai fixé. Une superbe expérience.

Inès Tolentino, Le Souffle, installation in-situ ruines de Saint-Pierre, 2013 © BIAC Martinique

Inès Tolentino, Le Souffle, installation in-situ ruines de Saint-Pierre, 2013 © BIAC Martinique

Avez-vous intégré le thème de la biennale – De la résonance du cri littéraire en arts visuels – dans votre approche à votre résidence et aux œuvres produites ?

Pour la BIAC j’ai réalisé deux installations. La première dans le site de Saint-Pierre qui porte le titre « Souffle ». Elle exprime l’obstination de la vie et de la création face à la violence de la nature. Plusieurs auteurs ont inspiré et porté cet œuvre : Aimé Césaire (Moi, laminaire), Danny Laferiere (Tout bouge autour de moi), Mikaël Ferrier (Fukushima), Alejo Carpentier (Ecue-Yamba-O), Daniel Maximin (L’île et une nuit), Laurent Gaude (Ouragan). La deuxième installation, située cette fois-ci au Musée de la Pagerie aux Trois-Ilets, au titre « Le royaume de ce monde » prend ses racines et le titre dans l’œuvre du cubain Alejo Carpentier. D’autres écrivains caribéens sont venus enrichir cette œuvre : René Depestre, Maryse Condé.

Inès Tolentino, Le Royaume de ce Monde, 2013 © BIAC Martinique

Inès Tolentino, Le Royaume de ce Monde, 2013 © BIAC Martinique

Ces deux œuvres sont nourries par l’appropriation que je fais de l’univers des auteurs mentionnés mais elles correspondent aussi à des sujets et problématiques que je poursuis depuis des années. Par exemple, l’origine profonde de l’œuvre Souffle surgit de la réflexion sur la fragilité de la vie et de l’indifférence de la nature à la suite de mon expérience lors de l’ouragan David. L’œuvre « Le royaume de ce monde » incarne la frontière entre le réel et le magique présent toujours dans mon travail.
Les sites attribués pour les installations, avec leurs histoires et géographies particulières, ont participé aussi à la conception des œuvres.

Quels sont, selon vous, les défis que l’art de la région doit encore dépasser pour réussir à s’imposer sur la scène internationale ?

Toute manifestation internationale – biennale, triennale, symposium, foire- est l’occasion d’un échange, une confrontation ou opposition entre les diverses formes d’expression artistiques et leurs auteurs. C’est en toute circonstance, un enrichissement qui laisse une empreinte visible chez les participants et les spectateurs.

Inès Tolentino, Le Royaume de ce Monde, 2013 © BIAC Martinique

Inès Tolentino, Le Royaume de ce Monde, 2013 © BIAC Martinique

Quels sont vos projets ?

La Biennale de Dessin de la Caraïbe à Saint Domingue et une exposition chez Lyle O. Reitzel à Saint Domingue en République Dominicaine.

Actuellement, j’expose à la Galerie Toute Koulé en Martinique.

Plus sur l’artiste (biographie, expositions, biennales)

Par Clelia Coussonnet

Novembre 2013

Crédits photographie à la une : Inès Tolentino ©